Annales Akashiques

Annales Akashiques

lecture-ame-memoire-akastique-1

Mémoire de la nature : Champ akashique

Les mystiques et les sages ont longtemps soutenu qu’il existe un champ cosmique interconnecté à la racine de la réalité qui conserve et transmet l’information, un champ connu sous le nom d’enregistrement akashique. Les découvertes récentes dans le nouveau domaine de la physique du vide montrent maintenant que ce champ akashique est réel et a son équivalent dans le champ du point zéro qui sous-tend l’espace lui-même. Ce champ est constitué d’une subtile mer d’énergies fluctuantes d’où surgissent toutes choses : atomes et galaxies, étoiles et planètes, êtres vivants, et même la conscience. Ce champ akashique du point zéro – ou “champ A” – n’est pas seulement la source originelle de toutes les choses qui surgissent dans le temps et l’espace ; c’est aussi la mémoire constante et durable de l’univers. Il détient le record de tout ce qui s’est passé dans la vie, sur Terre et dans le cosmos et le relie à tout ce qui doit encore se produire.

Les archives akashiques

Les registres akashiques (akasha est un mot sanskrit qui signifie “ciel”, “espace” ou “éther”) est un terme utilisé en théosophie (et en anthroposophie) pour décrire un recueil de connaissances (mystiques) encodées dans un plan d’existence non physique. Ces enregistrements contiennent toutes les connaissances de l’expérience humaine et de l’histoire du cosmos. Ils sont métaphoriquement décrits comme une bibliothèque ; d’autres analogies que l’on trouve couramment dans les discours sur le sujet incluent un “superordinateur universel” et l'”Esprit de Dieu”. Les personnes qui décrivent les documents affirment qu’ils sont constamment mis à jour automatiquement et qu’on peut y accéder par projection astrale ou lorsque quelqu’un est placé sous hypnose profonde. Le concept a été popularisé dans les mouvements théosophiques du XIXe siècle et est dérivé de la philosophie hindoue de Samkhya. Il est promulgué dans la philosophie de Samkhya que les enregistrements akashiques sont automatiquement enregistrés dans les atomes d’akasha (“air” ou “éther”), l’un des cinq types d’atomes visualisés comme existant dans la théorie atomique de l’Inde ancienne.

Besoin d’une Lecture d’Âme ?

Contactez-moi pour un soin de lecture d’âme et d’un travail sur vos mémoires akashiques directement à mon cabinet (vaucluse) ou une consultation à distance. Cliquez ici

Histoire des archives akashiques

Ceux qui défendent la vérité des archives akashiques affirment qu’elles ont été consultées par des peuples anciens de diverses cultures, notamment les Indiens, les Maures, les Tibétains, les Bonpo et autres peuples de l’Himalaya, les Égyptiens, les Perses, les Chaldéens, les Grecs, les Chinois, les Hébreux, les Chrétiens, les Druides et les Mayas. On dit que les anciens sages indiens de l’Himalaya savaient que chaque âme, jiva, atma ou entité enregistrait chaque moment de son existence dans un “livre”, et que si l’on s’accordait correctement, on pouvait accéder à ce livre (se référer à mindstream par exemple). Nostradamus prétend avoir eu accès à l’Akasha, en utilisant des méthodes dérivées des oracles grecs, du mysticisme chrétien et soufi, et de la Kabbale. Parmi les autres personnes qui affirment avoir utilisé consciemment les archives de l’Akasha, on peut citer Charles Webster Leadbeater, Annie Besant, Alice Bailey, Samael Aun Weor, William Lilly, Manly P. Hall, Lilian Treemont, Dion Fortune, George Hunt Williamson, Rudolf Steiner, Max Heindel et Edgar Cayce, entre autres. Un Chinois du nom de Sujujin aurait eu besoin du prénom de n’importe qui pour accéder à l’Akasha et décrire son histoire. Un autre voyant chinois, nommé Tajao, a exploré une variété de sujets dans les archives qui s’étendent sur plus de deux mille ans. Dans la cosmologie du Surat Shabda Yoga, les archives akashiques seraient situées dans le plan causal de Trikuti.

Description et explication des enregistrements akashiques

On dit de l’Akasha qu’elle est la bibliothèque de tous les événements et de toutes les réponses concernant la conscience dans toutes les réalités. Chaque forme de vie contribue donc à l’Akasha et y a accès. Il est affirmé que pour accéder aux Archives Akashiques, chaque individu humain peut devenir le support physique, et diverses techniques et disciplines spirituelles (par exemple, le yoga, le pranayama, la méditation, la prière, la visualisation) peuvent être utilisées pour calmer l’esprit, devenir un “témoin” et atteindre l’état de concentration et de préconscience nécessaire pour accéder aux Archives. Lors de l’accès aux mémoires akashiques, les événements et les réactions sont perçus. Cela est analogue à une expérience cinématographique méta-améliorée. En accédant au futur, les événements sont connus, mais les réponses sont seulement probables. En se basant sur les réponses d’un individu dans le passé, le voyant/lecteur akashique peut enquêter sur les réponses futures probables et donner la plus grande probabilité future. Une simple illustration de cela pourrait être le fait d’assister à plusieurs fins différentes des personnages principaux d’un film (par exemple, Run, Lola, Run). Cependant, à un certain moment de l’évolution du lecteur akashique, il est possible d’atteindre un état d’unification et de conscience dans lequel même les réponses futures sont connues avec une clarté absolue au lieu d’être seulement une probabilité.

Salle des Archives : Hall of Records

Les annales akashiques comme décrit par les dictionnaires : “Les enregistrements sont générés de tout ce qui se passe dans l’univers au fur et à mesure qu’il se produit. Il semble que toute la matière et l’énergie aient une sorte d’appareil d’enregistrement numérique intégré, qui stocke toute son histoire dans un code photographique, mais les enregistrements sont en fait des fenêtres sur le passé. Les enregistrements montrent les événements exactement tels qu’ils ont été vécus, de sorte que les informations qu’ils contiennent commencent brutalement – elles ne sont pas clarifiées, comprises et assimilées avant qu’une conscience n’en prenne la responsabilité”. Terme théosophique désignant un système de classement universel qui enregistre chaque pensée, parole et action. Les enregistrements sont imprimés sur une substance subtile appelée akasha (ou éther sonifère). Dans le mysticisme hindou, cet akasha est considéré comme le principe primaire de la nature à partir duquel les quatre autres principes naturels, le feu, l’air, la terre et l’eau, sont créés. Ces cinq principes représentent également les cinq sens de l’être humain. Certains indiquent que les enregistrements akashiques sont similaires à une conscience cosmique ou collective. Les enregistrements ont été désignés par différents noms, notamment le Mental Cosmique, le Mental Universel, l’inconscient collectif ou le subconscient collectif. D’autres pensent que les enregistrements akashiques rendent possible la clairvoyance et la perception psychique. Certains pensent que les événements enregistrés sur cette akasha peuvent être vérifiés ou lus dans certains états de conscience. Ces états de conscience peuvent être induits par certains stades du sommeil, la faiblesse, la maladie, les drogues et la méditation, de sorte que non seulement les mystiques mais aussi les gens ordinaires peuvent percevoir les enregistrements akashiques et le font. Certains mystiques prétendent être capables de réanimer leur contenu comme s’ils allumaient un téléviseur céleste. Les yogis croient également que ces enregistrements peuvent être perçus dans certains états psychiques. Certaines personnes dans des états subconscients lisent les registres akashiques. Ce phénomène s’explique par le fait que les enregistrements akashiques sont le macrocosme du subconscient individuel. Les deux fonctionnent de manière similaire, ils possèdent des pensées qui ne sont jamais oubliées. Le subconscient collectif rassemble toutes les pensées de chaque esprit subconscient qui peuvent être lues par d’autres esprits subconscients. Le mystique américain Edgar Cayce est un exemple de celui qui, selon beaucoup, a lu avec succès les registres akashiques. Cayce faisait ses lectures dans un état de sommeil ou de transe. La méthode de Cayce a été décrite par le Dr. Wesley H. Ketchum qui, pendant plusieurs années, a utilisé Cayce comme complément à sa pratique médicale. “Le subconscient de Cayce… est en communication directe avec tous les autres subconscients, et est capable d’interpréter à travers son esprit objectif et de transmettre les impressions reçues aux autres esprits objectifs, rassemblant ainsi toutes les connaissances possédées par des millions d’autres subconscients.” Apparemment, Cayce interprétait le subconscient collectif bien avant que le psychiatre C.J. Jung ne postule sa conception de l’inconscient collectif. Le Hall of Records est en fréquence, s’il existe, n’étant rien d’autre qu’un outil d’éveil pour l’humanité. C’est le lieu de la vérité, où l’on va pour trouver les réponses sur la nature de la réalité et leur rôle dans celle-ci, à l’intérieur et à l’extérieur. Personne ne trouvera un Hall of Records physique. La vérité existe dans nos âmes, notre ADN et les 8 premières cellules situées à la base de notre colonne vertébrale, qui ne changent jamais, mais attendent de s’activer au moment opportun. Elle guide les quêtes que nous entreprenons, pour démêler ce qui était caché au début de ce programme du temps, que nous sentons être bientôt découvert. La réalité est devenue une découverte et une récupération à tous les niveaux de conscience, alors que nous évoluons dans l’alchimie du temps et de la conscience. Le Hall of Records porte de nombreux noms : Akashic Record, Book of Life, Story of Humanity, matrix, grids, autres. C’est le point d’origine, l’endroit où nous trouvons les réponses. Cette connaissance explique la nature de notre programme physique qui est une expérience biogénétique dans laquelle les âmes sont toutes encodées avec des clés sacrées de lumière pour trouver leur chemin. Nous déclenchons notre Hall of Records personnel, par des archétypes, notre encodage génétique, lorsque notre fréquence est suffisamment élevée, et nous sommes prêts.

Revendications et scepticisme

Les croyants en l’Akasha font de nombreuses affirmations sur l’étendue de son utilisation, notamment L’affirmation selon laquelle en Égypte, ceux qui pouvaient lire l’Akasha étaient tenus en haute estime et conseillaient les pharaons sur les activités quotidiennes et l’interprétation des rêves [citation nécessaire].  L’affirmation selon laquelle les cultures druides d’Irlande, d’Écosse, du Pays de Galles et d’Angleterre (???-500 (est.)) ont démontré la capacité d’accéder à l’Akasha [citation nécessaire]. L’affirmation selon laquelle la Bible se réfère aux registres de l’Akasha comme étant le Livre de Vie à la fois dans l’Ancien Testament (Psaume 69:28) et dans le Nouveau Testament (Philippiens 4:3, Apocalypse 3:5, 13:8, 17:8, 20:12, 20:15 et Apocalypse 21:27 : “Rien d’impur n’y entrera jamais, ni personne qui fasse ce qui est honteux ou trompeur, mais seulement ceux dont les noms sont écrits dans le livre de vie de l’Agneau”). Malgré les affirmations selon lesquelles les archives akashiques ont été utilisées par les mystiques tout au long de l’histoire, on ne trouve aucune référence directe aux Akasha dans les documents historiques des groupes susmentionnés. Le terme Akasha lui-même, ainsi que le concept de bibliothèque éthérique, sont issus du mouvement théosophique du XIXe siècle. Les sceptiques affirment que le concept d’archives akashiques a été attribué sans discernement et de manière inappropriée à un large éventail de figures et de mouvements religieux historiques. Traditionnellement, la théorie a également été rejetée par la communauté scientifique, en raison de l’absence de toute preuve vérifiable de manière indépendante. Il est intéressant de noter qu’Ervin Laszlo (2004) explore la science et les archives akashiques dans l’esprit du rasoir d’Occam, et défend la théorie des archives, qui résout avec simplicité de nombreuses anomalies dans l’histoire, la science et l’expérience.

Comptes spécifiques des registres akashiques

Dans le discours de la théosophie et du New Age, les archives akashiques sont les archives de toutes les connaissances, y compris toute l’expérience humaine, détenues dans l’Univers. Les archives akashiques sont métaphoriquement décrites comme une bibliothèque et sont également assimilées à un ordinateur universel ou à “l’esprit de Dieu”. Edgar Cayce fait référence aux archives akashiques, en déclarant que chaque personne est tenue de rendre des comptes après sa vie et “confrontée” à ses archives akashiques personnelles sur ce qu’elle a ou n’a pas fait dans la vie au sens karmique. L’idée est comparable au Livre de la vie biblique qui est consulté pour savoir si les morts sont admis au ciel ou non. Jane Roberts, dans les livres de Seth, décrit une version différente d’une idée similaire lorsque Seth affirme que la substance fondamentale de l’univers est constituée d’idées et de conscience, et qu’une idée une fois conçue existe pour toujours. Seth soutient que toutes les idées et les connaissances sont en principe accessibles par “connaissance directe”. La cognition directe partage la congruence sémantique avec l’intuition et permet de connaître directement sans qu’il y ait de temps qui s’écoule et sans qu’il soit nécessaire de transférer la connaissance, par exemple dans un discours ou un texte. Cela ressemble à ce que Robert Monroe appelle les “rotes” dans sa trilogie de livres “out-of-body”. Certains écrivains pensent que, libres et indépendants de toute religion ou confession, il existe de nombreuses bibliothèques ou dépôts d’archives comme la bibliothèque akashique dans tout l’univers, bien que sur différents plans d’existence. Selon les écrits rosicruciens de Max Heindel, la mémoire de la nature (Akashic Records) peut être lue dans trois mondes intérieurs différents. Dans l’éther réfléchissant de la région éthérique, on trouve des images de tout ce qui s’est passé dans le monde – il y a au moins plusieurs centaines d’années, ou beaucoup plus dans certains cas – et elles apparaissent presque comme les images d’un écran, à la différence que la scène se déplace vers l’arrière. La Mémoire de la Nature peut être lue, d’une manière entièrement différente couvrant l’essence de toute une vie ou d’un événement, dans un monde supérieur, dans la subdivision la plus élevée de la Région de la Pensée Concrète du Monde de la Pensée, et, enfin, elle peut être lue dans le Monde de l’Esprit de Vie, couvrant les événements depuis la première aube de notre manifestation actuelle, mais seuls les adeptes spirituels, les entités spirituelles et par la grâce ont accès aux Archives accordées. Dans le livre Thiaoouba Prophecy de Michel Desmarquet, l’auteur affirme avoir été enlevé par des êtres extraterrestres suprêmes, qui dans une partie du livre le guide à travers quelque chose qui est très probablement les archives akashiques. Le terme qu’ils utilisent est Psychosphère. Selon l’auteur, la psychosphère est comme un “cocon vibratoire, qui tourne à une vitesse sept fois supérieure à celle de la lumière”. Ce cocon agit comme un buvard, pour ainsi dire, en absorbant (et en se rappelant) absolument tous les événements qui se produisent sur la planète. Le contenu de ce cocon nous est inaccessible sur Terre – nous n’avons aucun moyen de lire l’histoire”.

Besoin d’une Lecture d’Âme ?

Contactez-moi pour un soin de lecture d’âme et d’un travail sur vos mémoires akashiques directement à mon cabinet (vaucluse) ou une consultation à distance. Cliquez ici

Le Livre d’Urantia

Le Livre d’Urantia confirme la validité et la réalité de ces records de vie dans plusieurs récits. Dans le fascicule 25, on trouve cette déclaration : “Les anges enregistreurs des planètes habitées sont la source de tous les enregistrements individuels. Dans tous les univers, d’autres enregistreurs fonctionnent à la fois en ce qui concerne les enregistrements formels et les enregistrements vivants. D’Urantia au Paradis, on rencontre les deux enregistrements : dans un univers local, plus d’enregistrements écrits et moins d’enregistrements vivants ; au Paradis, plus d’enregistrements vivants et moins d’enregistrements formels ; sur Uversa, les deux sont également disponibles. Nous trouvons à nouveau une référence dans le Fascicule 28 du Livre d’Urantia : “La Mémoire de la Miséricorde est une balance d’épreuve vivante, un relevé de compte courant de votre compte avec les forces surnaturelles des royaumes. Ce sont les archives vivantes de l’enregistrement de la miséricorde qui sont lues dans les témoignages des tribunaux d’Uversa lorsque le droit de chaque individu à une vie sans fin est jugé, lorsque “les trônes sont levés et les Anciens des Jours sont assis”. Les émissions d’Uversa sont émises et produites devant eux ; des milliers et des milliers de personnes les servent et dix mille fois dix mille se tiennent devant eux. Le jugement est prononcé, et les livres sont ouverts”. Et les livres qui sont ouverts en une occasion aussi importante sont les archives vivantes des seconaphins tertiaires des superunivers. Les registres officiels sont conservés dans les dossiers pour corroborer le témoignage des Souvenirs de la Miséricorde si cela est nécessaire”.

Salle des archives

Le mythique Hall of Records serait une bibliothèque enterrée sous le Grand Sphinx dans le complexe de la pyramide de Gizeh. On dit qu’elle abrite le savoir des Égyptiens dans des rouleaux de papyrus, tout comme la Grande bibliothèque d’Alexandrie abritait le savoir grec. L’existence de cette salle fait l’objet d’un débat, mais toutes les fouilles menées dans la région n’ont jusqu’à présent donné que peu ou pas de résultats. En vérité, ils ne trouveront jamais de Hall of Records, car ce terme fait référence aux grilles de fréquences qui créent notre réalité, rien de plus, et ne seront pas accessibles tant que la conscience n’aura pas retrouvé la lumière à la fin du programme. Notre réalité, le programme maçonnique (son mère) a commencé au Moyen-Orient (plateau de Gizeh) et il reviendra donc à la fin des temps. Le voyage de l’humanité se résume à la quête de connaissances sur nos origines, nos créateurs, et sur la manière dont cela nous mènera à découvrir la vérité sur qui nous sommes et pourquoi nos âmes sont venues ici. Trouver des objets et des lieux énigmatiques tels que le Saint Graal, l’Arche d’alliance, les archives akashiques, Shambhala, l’Atlantide, etc. est une quête pour trouver des connaissances sacrées, les clés qui permettront de débloquer la vérité sur la réalité. Qui êtes-vous ? Pourquoi êtes-vous ici ? Quel est le but de votre âme ? La réponse : Nous existons dans un hologramme de conscience, une expérience biogénétique en temps linéaire et émotionnelle, créée par des grilles électromagnétiques à travers lesquelles nous faisons virtuellement l’expérience. Le programme se terminera bientôt après avoir bouclé la boucle dans les cycles du temps. Tout est question de connaissance. Bien qu’elle ait été maintes fois niée par les égyptologues traditionnels, la mythologie du Hall of Records est très populaire parmi ceux qui soutiennent des théories alternatives de l’Égypte ancienne tout en menant des recherches scientifiques sur les mystères de cette époque. Les sources sur lesquelles repose ce sujet ne sont pas solides. Les origines de l’histoire du “Hall of Records” sont inconnues, bien que l’idée qu’il y ait une cavité autour du sphinx remonte à Pline. Dans l’Histoire naturelle de Pline, il déclare que “[les Égyptiens] sont d’avis qu’un roi Harmais est enterré à l’intérieur”. Le médium Edgar Cayce a eu plusieurs lectures psychiques du Hall of Records. Il a affirmé qu’en 1998, le Hall serait découvert et ouvert et que l’humanité entrerait dans une nouvelle ère de prospérité. L’histoire de la Terre se trouverait dans l’épaule droite du Sphinx. Cayce a également suggéré que l’ouverture coïnciderait avec la seconde venue du Christ. Graham Hancock et Robert Bauval, dans “Message du Sphinx” ont déclaré que les archéologues américains et le gouvernement égyptien avaient par le passé bloqué les enquêtes autour du Sphinx, y compris les tentatives de localisation de toute cavité souterraine. Bauval a ensuite écrit “Secret Chamber” en 1999. Selon les recherches de Bauval, les Antiquités égyptiennes ont accordé à une équipe américaine une licence pour rechercher le Hall of Records sous le Sphinx. On sait qu’il y a trois passages autour du Sphinx, deux d’entre eux sont d’origine inconnue. L’un est un petit puits sans issue du XIXe siècle derrière la tête. De plus, de petits trous dans le corps du Sphinx peuvent être liés à sa construction, mais cela reste inconnu. Selon certains, le Hall n’était pas du tout l’œuvre des anciens Egyptiens mais d’une autre société (cela va des sociétés préhistoriques avancées à une race supérieure d’êtres intelligents). En conséquence, cette société a scellé le Hall avec des parchemins de leurs connaissances accumulées vers 10 500 avant J.-C. – la dernière période où la constellation du Lion était située entre les pattes du Sphinx lorsqu’il s’est élevé dans le ciel nocturne. Les sceptiques ont relégué ces notions pour ressembler aux supposés habitants de l’Atlantide dans le mythe hellénique. L’étude et la recherche du Hall peuvent entrer dans la catégorie de la pseudoarchéologie, si cette activité n’utilise pas une méthodologie qui fait partie de la méthode scientifique établie. Il faut également noter que deux autres salles d’archives se trouvent à Bimini et dans ses environs, ainsi que dans la jungle de Yukatan, très probablement les ruines de Piedras Negras.

Le Hall of Records sera découvert dans la patte droite du Sphinx.

148 groupes de trois personnes essayaient d’entrer dans le Hall of Records, jusqu’à ce que l’un de ces groupes, venant de l’Ouest, ouvre la porte en faisant un son avec leurs voix. (harmoniques). À l’intérieur, ils trouveront un escalier en colimaçon menant à une chambre souterraine. (géométrie sacrée) On y trouve une tablette cunéiforme (programme sumérien) inscrite, que l’un d’entre eux déchiffrera. (3 = réalité physique) Trois couloirs mènent à cette pièce. Ils choisiront le bon couloir qui les mènera à un long couloir en pierre éclairé sans source de lumière apparente. Sur le haut du mur gauche, ils trouveront 48 dessins de géométrie sacrée gravés dans la pierre, le premier étant la fleur de la vie. Au bout du couloir, ils font tourner une légère main droite pour former une grande chambre de pierre, dont les murs décrivent le voyage de l’humanité jusqu’à cette date. Sur le sol reposent 3 grands sarcophages de pierre couverts de poussière. Au-dessus de chacun d’eux est inscrite une image avec la ressemblance de chacune des 3 personnes ainsi que leur nom tel qu’il était autrefois. Sous chaque nom se trouve la date de leur découverte au 21e siècle. À l’intérieur de chaque sarcophage se trouve la façon dont ils étaient quand ils sont entrés pour la première fois dans l’hologramme de cette réalité, ainsi que des instructions sur la façon dont le reste du temps va se dérouler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *